Avec toute cette eau qui tombait, qui tombait…

×
Dans le trou comme au ciel, sur la terre comme au pluie, par Serge Airoldi, revue Éclairs
Malacqua, chef d’oeuvre de l’effondrement, par Lise Wajeman, sur le site de Mediapart
Ah mais quel livre incroyable, magnifique ! merci mille fois de me l’avoir envoyé et fait découvrir ! par… (article à lire bientôt, il est superstitieux ce do)
×
À sept heures du matin le 23 octobre, qui était le jour suivant, la nouvelle parvint d’abord à Annunziata Osvaldo, 27 ans, de Boscotrecase, standardiste au « 113 » de la Questure. Quand il en eut pris connaissance, Annunziata Osvaldo regarda instinctivement vers le haut, vers la large fenêtre à barreaux de fer, et dehors, il pleuvait, bien sûr, il pleuvait : la pluie avait commencé à tomber vers trois heures du matin en violentes rafales, dans plusieurs endroits de la ville l’éclairage public avait sauté, complètement hors d’usage, les équipes d’urgence de l’Enel avaient même indiqué qu’on ne pouvait rien remettre en route s’il continuait à pleuvoir comme il pleuvait à ce moment-là, et comme il avait continué ensuite toute la nuit et jusqu’aux premières lueurs d’une aube grisâtre, violacée par endroits, décidément lugubre, funèbre. Avec toute cette eau qui tombait, qui tombait, au moment où vous vous apprêtiez à dire ça y est, ça s’arrête, vous n’aviez pas ouvert la bouche que l’eau redoublait de violence, malveillance préméditée, acharnement irréversible.
×

en librairie depuis le 8 novembre