Aleksandar Bečanović

Aleksandar Bečanović

Arcueil
(titre original Arcueil)
traduit du monténégrin par Alain Cappon
Prix de littérature de l’Union européenne 2017
MONTÉNÉGRO
Parution 22 janvier 2019 
Né en 1971, le Monténégrin Aleksandar Bečanović est un écrivain, scénariste et critique de cinéma. Il a écrit cinq recueils de poésie, Ulisova daljina (1994), Jeste (1996), Ostava (1998), Mjesta u pismu (2001) et Preludiji i fuge (2007) ; deux recueils de nouvelles, Očekujem što će iz svega proizaći (2005) et Opsjednutost (2009) ; et un roman, Arcueil (2015). Il a également publié deux ouvrages de critique littéraire, Žanr u savremenom filmu (2005) et l’imposant Leksikon Filmskih Režisera (Lexique de réalisateurs de films) en 2015. En 2002, il a reçu le Prix monténégrin Risto Ratković du meilleur livre de poèmes. Il écrit des critiques de film et des essais pour le quotidien monténégrin Vijesti.
×
Extrait d’un entretien donné sur le site www.lit-across-frontiers.org
Quelles sont les préoccupations thématiques qui reviennent souvent dans votre travail — délibérément ou inconsciemment ?
C’est peut-être juste une chose fétichiste, mais ma principale préoccupation thématique est l’écriture elle-même, tout le processus de l’écriture. Lorsque nous racontons des histoires, il est toujours nécessaire de révéler comment nous le faisons, comment nous élaborons une histoire, à partir de quel point de vue nous la racontons, et quelles sont les implications esthétiques de cette conscience littéraire accrue. Je m’intéresse plus aux métahistoires qu’aux dimensions mimétiques de la représentation « réaliste ». Je sais bien qu’il s’agit d’une position minoritaire, mais je préfère la « décadence » du style et de l’énonciation à l’engagement social et politique. A une époque où la littérature est fortement sollicitée pour intervenir dans des problèmes politiques concrets, je continue de penser que nous devons aussi avoir un lieu où nous pouvons « nous retirer » et contempler l’art de raconter des histoires.
Pensez-vous que la littérature s’éloigne du roman de style solide du XIXe siècle pour s’orienter vers une forme hybride : texte et image mêlés d’histoires liées entre elles, formes poétiques ou aphoristiques ?
Fondamentalement, toute la littérature (postmoderne) est une réaction anxieuse à l’idée que nous ne pouvons plus raconter des histoires en mode classique, ou simplement que nous ne pouvons pas écrire aussi bien que les auteurs de romans du XIXesiècle, que nous ne pouvons même pas recréer ce magnifique et poignant équilibre entre pensée et émotion, philosophie et mélodrame. Au lieu de la plénitude et de la totalité du roman du XIXe siècle, nous avons maintenant un sentiment d’échec parce que la narration directe est perdue et nous ne pouvons récupérer nos histoires que dans des procédures et des discours fragmentés et hybrides. Mais, en même temps, ce trou au centre de notre expérience littéraire signifie aussi qu’il y a une nouvelle dialectique et un nouvel élan entre ce manque constitutionnel et le désir absolu de raconter. J’ai trouvé cette situation tout aussi frustrante et inspirante : nous devons raconter nos histoires par tous les moyens — c’est-à-dire par des formes — nécessaires.
×
Extrait d’un entretien donné lors d’une rencontre publique de présentation du roman Arcueil
Pour moi, la France est importante parce que certains de leurs géants, que ce soit dans les romans, la poésie ou la critique et la philosophie, ont joué un rôle crucial dans mon « développement intellectuel », en particulier une prose peu populaire dans notre pays, celle des écrivains décadents. Donc, je ressens toujours une sorte de dette intellectuelle envers cette tradition française. Et en tant que critique de cinéma, la pensée française est particulièrement importante pour moi, car s’il n’y avait pas de France, nous ne regarderions pas les film aujourd’hui comme nous les regardons, et le cinéma américain ne serait pas valorisé comme il l’est.
×
Pour écouter Aleksandar Bečanović 
à l’occasion de la remise du prix de littérature de l’Union européenne
(sous-titré en anglais)