Avant le repos

×
ELENA GIANINI BELOTTI
Avant le repos
Titre original : Prima della quiete
Traduit de l’italien par Christine Lau
272 pages / 21 € / Format : 13 x 20 cm / ISBN 979-10-95434-22-1
Conception graphique : Mr Thornill
Parution le 14 janvier 2020
×
〈 Le livre 〉
L’histoire d’Italia Donati, une jeune enseignante de la campagne de Pistoia, en Toscane, qui, victime de sa beauté et de son inexpérience, harcelée et persécutée par des rumeurs mensongères, est poussée vers le seul geste qui puisse laver sa réputation. Martyre de l’obscurantisme, esclave de son appartenance à un genre qui ne comptait pour rien et ne pouvait donc être éduqué, empêchée de vivre, Italia acquit une gloire posthume en étant célébrée par le Corriere della Sera.
Son nom est ainsi venu s’ajouter à la longue liste des femmes qui tentèrent de se libérer de la domination imposée par les hommes.
Inutile d’insister sur l’importance de raconter une fois encore l’histoire d’une femme dont la fin fut tragique ; inutile de dire à quel point elle trouve des échos dans notre monde actuel ; inutile d’expliquer combien il est nécessaire de faire connaître cette terrible destinée.
×
〈 A propos 〉
En 1861, l’Italie est devenue un État indépendant. Dans ce contexte, l’enseignement était une ressource très puissante pour arrêter l’analphabétisme de la nation montante. A partir de la loi Casati en 1859, puis, lorsque l’Italie devenue un État indépendant en 1861, avec la loi Coppino de 1877, qui a rendu obligatoire et gratuite la scolarisation, d’abord jusqu’aux deux premières années, puis plus tard jusqu’à la fin du cycle, la politique scolaire italienne a modifié son système, et en particulier a cherché à étendre l’enseignement primaire aux plus petites communes. Cette loi a, dans le même temps, conféré à l’autorité municipale toute une série de prérogatives relatives au corps enseignant : la nomination des enseignants, la quantification des salaires, la délivrance de certificats et même la révocation de l’emploi.
Italia Donati était une jeune femme, originaire de Cintolese, devenue institutrice à Porciano, petits villages de Toscane. Grâce à son intelligence et à son travail, elle a échappé à la pauvreté et à l’ignorance de sa famille paysanne, en essayant de s’émanciper, même si, au XIXsiècle, les femmes étaient toujours moralement et pratiquement dépendantes de l’homme. Arrivée à Porciano en septembre 1883, Italia Donati était pleine d’espoir et d’attentes pour sa première expérience professionnelle. Pourtant, en acceptant l’hospitalité du maire, qui l’avait recrutée comme enseignante, et auprès duquel elle pensait trouver le soutien et la protection dont une femme seule à cette époque avait encore besoin, elle n’avait pas conscience que cette proximité serait à l’origine d’une vague de calomnies infâmes, qu’elle ne parviendrait jamais à faire taire…