Nicola Pugliese

Nicola Pugliese
Titre original : Malacqua
traduit de l’italien par Lise Chapuis
ITALIE
à paraître à l’automne 2018
Nicola Pugliese est né à Milan en 1944, mais a vécu presque toute sa vie à Naples. Journaliste, comme son père, il signe pendant de longues années dans Roma, titre appartenant à l’époque à Achille Lauro. Dans un premier temps à la rédaction « Intérieur », puis à la rubrique « Spectacles » et enfin comme chef du service « Culture ».
En 1977, découvert par Italo Calvino, il publie dans la collection « Supercoralli » de la maison d’édition Einaudi son premier roman, Malacqua. Un épisode survenu avant la sortie du livre laisse entrevoir le caractère vindicatif de Nicola Pugliese : Italo Calvino avait beaucoup apprécié le travail de ce débutant de trente-trois ans, mais lui conseillait de modifier le premier chapitre, convaincu qu’il manquait de rythme. Une simple suggestion, à laquelle il lui fut sèchement répondu : «  Ou vous le publiez tel quel ou vous me le renvoyez. » Le risque était grand, mais pour sauver le chef-d’œuvre, comparable pour l’intensité du récit et pour l’originalité de l’écriture à Blessé à mort de Raffaele La Capria (roman publié en 1961, que beaucoup considèrent comme l’un des livres majeurs de la littérature italienne de la deuxième moitié du XXe siècle. Traduit de l’italien par Vincent d’Orlando. Ed. de L’Inventaire) c’est Giulio Einaudi lui-même qui entra en lice et déclara à Calvino : « On le publie ».
Dans le courant des années 80, Pugliese se retire de la vie publique pour vivre à Avella, une bourgade de la province d’Avellino.
À propos de Malacqua il disait dans un entretien : « Je n’avais qu’un seul livre en tête, ou un seul roman, j’aime écrire des histoires. De toute façon, ils se rappellent toujours de vous pour une seule photo, cela ne vaut pas la peine de faire d’effort. Voyez Salinger, il sera toujours l’auteur de Holden, pas celui des Nine Stories. »
En 2008, une petite maison d’édition napolitaine, La compagnia dei trovatori, publie néanmoins son second livre, La nave nera [Le bateau noir], un recueil de récits de tonalité kafkaïenne, présenté par Nando Vitali.
Nicola Pugliese s’est toujours montré sceptique quant à la possiblité de faire réimprimer Malacqua, comme le soulignait l’éditeur Tullio Pironti au cours d’un entretien donné à l’édition napolitaine de La Repubblica. Tullio Pironti qui, justement, a publié en 2013 une nouvelle édition.
Nicola Pugliese est mort à Mugnano del Cardinale, petit village de l’Irpinia, le 25 avril 2012, chez sa fille Alessandra, et il est enterré dans son village d’Avella.