Nouvelles

×
25 novembre 2021, Paris
DENITZA BANTCHEVA INVITÉE DES AMIS D’ODESSA
A l’occasion de la parution de Visions d’elle, Denitza Bantcheva est invitée par l’association Les amis d’Odessa. Mais qui peut déjà prévoir ce qui se passera le 25 novembre 2021. D’autres informations sur cette page dès que possible.
×
24 novembre 2021, Maison de l’Amérique latine, Paris
EDUARDO BERTI INVITÉ DES TRIBUNES DE FICTION
Eduardo Berti rencontrera Patrick Straumann pour présenter son œuvre le 24 novembre, dont Demain s’annonce plus calmeparu en mai 2021 aux éditions do, lors d’une discussion dans le cadre du cycle de rencontres La Tribune des fictions, rencontre bimestrielle consacrée à l’actualité éditoriale et aux nouvelles voix de la littérature de fiction d’Amérique latine, organisées par la Maison de l’Amérique Latine.
Berti au bar Berti, photo de Dorothée Billard
×
20 novembre 2021, Musée des Beaux-Arts, Caen
NAJA MARIE AIDT INVITÉE DU FESTIVAL LES BORÉALES
Reporté d’une année, le festival Les Boréales a maintenu du 18 au 28 novembre 2021 la programmation de sa 29e édition, dont le traditionnel week-end littéraire se déroulera le samedi 20 et le dimanche 21 novembre 2021 au Musée des Beaux-Arts de Caen. Naja Marie Aidt (Si la mort t’a pris quelque chose, rends-leéditions do, 2020)est invitée le samedi 20 novembre, en compagnie du poète et plasticien Morten Søndergaard. Davantage de détails dès que possible. 
×
21 octobre 2021, parution
LAMIA BERRADA-BERCA, KANT ET LA PETITE ROBE ROUGE
×
18 – 29 octobre 2021, Lyon et villes de la région
EDUARDO BERTI INVITÉ DES BELLES LATINAS
Les Belles Latinas, festival des littératures d’Amérique latine, fêtent vingt ans d’existence et ont eu l’heureuse idée d’inviter Eduardo Berti. La programmation des rencontres est en cours et à retrouver bientôt sur leur site. Espérons en tout cas que l’écrivain n’oubliera pas ses célèbres lunettes à vision double grâce auxquelles il peut lire aussi bien en espagnol qu’en français (et vice-versa, s’il les enlève). Que fait-il donc sur cette photo ?
×
18 octobre 2021 à 18 h, Bordeaux rencontre annulée
RICARDO MENÉNDEZ SALMÓN INVITÉ DE L’INSTITUTO CERVANTES
A l’occasion de sa venue pour les Rencontres à lire de Dax, l’écrivain espagnol fera une étape à Bordeaux. Les rencontres à l’Instituto Cervantes sont à 18 h, mais qui peut déjà prévoir ce qui se passera le 18 octobre 2021. D’ailleurs : pour des raisons personnelles, l’écrivain ne pourra se rendre à Bordeaux à cette date.
×
16 octobre 2021, Dax rencontre annulée
RICARDO MENÉNDEZ SALMÓN INVITÉ DES RENCONTRES À LIRE
Les Rencontres à lire de Dax (Landes), qui devaient avoir lieu en avril 2021, ont été reportées en octobre, du 15 au 17 (mais de la même année, toute bonne nouvelle est bonne à prendre). L’auteur de La Nuit féroce y avait été convié pour une rencontre, animée par l’écrivain Eduardo Berti. Ce devait être le cas en octobre mais : pour des raisons personnelles, l’écrivain ne pourra se rendre à Dax à cette date.
   
×
7 & 8 octobre 2021, Métropole lilloise
LES ÉDITIONS DO INVITÉES DU FESTIVAL D’UN PAYS L’AUTRE
En toute violence sera le thème de cette édition du festival D’un pays l’autre qui se tient à Lille et dans sa métropole, mais aussi cette année à Bruxelles et à Orléans. Découvertes et aventures de la traduction littéraire à travers différentes formes : conférence, journée d’étude, petit-déjeuner, ateliers & autres réjouissances… Les éditions do ont l’immense privilège d’y participer, en compagnie chaque fois de deux traducteurs qui ont enrichi le catalogue de textes remarquables : Dominique Nédellec, qui a traduit du portugais La Brave Bête du coin de l’écrivain brésilien João Gilberto Noll, et Stéphane Vanderhaeghe, qui a traduit de l’anglais Lait sauvage, de l’américaine Sabrina Orah Mark. Voici le programme de do, mais ne vous privez pas de participer à l’ensemble qui est remarquable :
Jeudi 7 octobre, de 14 h à 15 h 30, un esprit de résistance : les éditions do à la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société, 2 rue des Canonniers, Lille métro Gare Lille Flandres
Vendredi 8 octobre, de 8 h 30 à 9 h 30, petit-déjeuner avec les éditions do, à la librairie Le Biglemoi, 124 rue Pierre Legrand, Lille Métro Fives > Gratuit, réservation obligatoire à www.dunpayslautre.org
lien vers le site du festival
×
6 – 10 octobre 2021, Montélimar & autres villes de la région
EDUARDO BERTI INVITÉ DES CAFÉS LITTÉRAIRES
La 26e édition des Cafés littéraires a eu l’heureuse idée d’inviter Eduardo Berti pour un programme de rencontres et de lectures, autour notamment de ses plus récents ouvrages, Un père étranger (La Contre allée, 2021) et Demain s’annonce plus calme (éditions do, 2021). Espérons que l’écrivain n’oubliera pas sa fameuse télécommande, qui lui permet de traduire instantanément un texte de l’espagnol vers le français (et vice-versa, s’il la retourne) et ses célèbres lunettes à vision double grâce auxquelles il peut lire aussi bien en espagnol qu’en français (et vice-versa, s’il les retourne). Que fait-il donc sur cette photo ?
Jeudi 7 octobre, 20h30, rencontre, Dieulefit / Sauts et Gambades
Samedi 9 octobre, 10h, rencontre, Montélimar / St Mart’
Samedi 9 octobre, 21h, rencontre croisée avec Hervé Le Tellier, Montélimar / Théâtre 
×
30 septembre 2021 à 18 h 30, médiathèque François-Mitterrand, Saintes
AVANT LE REPOS, AVEC CHRISTINE LAU & LES ÉDITIONS DO
Chaque année, les Liseurs vagabonds (qui sont surtout des lectrices), comité de lecture mettant en lumière l’édition indépendante et, en cette saison 2020-2021, plus particulièrement celle de Nouvelle Aquitaine (trois titres de chaque maison, Agullo, DO & In 8, avaient été retenus), élisent leur titre préféré puis organisent, avec la médiathèque, une rencontre en présence de celle ou de celui qui l’a écrit. Cette année, Avant le repos est le lauréat. Comme Elena Gianini Belotti vit à Rome, Christine Lau, sa traductrice, a été invitée à dialoguer avec Guénaël Boutouillet, les Liseurs vagabonds et le public qui voudra bien venir à partir de 18 h 30, autour de ce texte “inspiré de faits réels (qui) a suscité l’engouement, tant pour la description des paysages toscans, le rapport entre la ville et la campagne, les réalités de la rumeur et l’empathie qu’a éveillée l’héroïne auprès des lectrices”. Les éditions do, qui doivent sa découverte à la traductrice et qui l’ont publié (le texte) en janvier 2020, seront là elles-aussi (cela est un peu grandiloquent, l’éditeur sera là en fait). L’entrée est libre et gratuite (dans les limites des conditions que vous connaissez et sous réserve de modifications indépendantes de la volonté des organisatrices et des organisateurs).
×
28 septembre au 25 octobre 2021, Château de Lagny
ROSIE PINHAS-DELPUECH EN RÉSIDENCE 
Traductrice de l’hébreu (d’auteur·e·s tel·le·s que Yaacov Shabtai, Yehoshua Kenaz, Orly Castel-Bloom, Etgar Keret, Dror Burstein, Yaël Neeman, David Grossman, Michal Ben Naftali, Yishai Sarid, Nano Shabtaï, Nurith Zarhi, Rutu Modan, Assaf Hanuka ; elle a traduit pour les éditions do Alex Epstein et Noga Albalach) et directrice de la collection “Lettres hébraïques” d’Actes Sud depuis plus de quinze ans, Rosie Pinhas-Delpuech a également enseigné la littérature et la philosophie. Elle est l’auteur de Insomnia, une traduction nocturne (Actes Sud, “un endroit où aller”, 1998), de Suite byzantine (Bleu autour, 2003), de Anna – Une histoire française (Bleu autour, 2007), de L’Angoisse d’Abraham (Actes Sud, “un endroit où aller”, 2016) et de Le Typographe de Whitechapel – Comment Y. H. Brenner réinventa l’hébreu moderne, qui paraît en octobre 2021 aux éditions Actes Sud.
Elle bénéficie de la bourse de traduction du programme  Gilbert Musy – CTL UNIL au Château de Lagny (Suisse), où elle se consacrera à la traduction de Boue de Dror Burstein ainsi qu’à l’écriture d’un nouveau livre. Elle donnera également une master class de traduction à l’université de Lausanne sous le titre « De Byzance au désert du Sinaï, un itinéraire esthétique ».
Rosie Pinhas-Delpuech©JavierSabarros 
×
27 septembre 2021, Cinémathèque, Toulouse
HÉLÈNE MELO INVITÉE DE LA RENTRÉE LITTÉRAIRE, COLLECTION AUTOMNE 2021
A l’initiative de l’agence régionale Occitanie livre & lecture, une journée de rencontres, d’échanges, de lectures, de vidéos… Rendez-vous le 27 septembre à Toulouse pour découvrir l’actualité littéraire des auteurs d’Occitanie. Le matin sera consacrée à la littérature adulte, et en particulier à la littérature étrangère. Hélène Melo, comme vous n’être pas sans l’ignorer si vous avez lu la rubrique ci-dessous, traductrice des Cahiers de Bernfried Järvi, de l’écrivain portugais Rui Manuel Amaral, est l’une des invités de ce programme. Pour y assister, l’inscription se fait en ligne avant le 23 septembre… qui est aussi la date de parution du livre. Le hasard, quel  imprévisible personnage.
×
23 septembre 2021, parution
RUI MANUEL AMARAL, CAHIERS DE BERNFRIED JÄRVI
 
×
24 août 2021, parution
FLORJAN LIPUŠ,  LE VOL DE BOŠTJAN
×
été 2021 
POUR NE PAS LIRE ET BRONZER IDIOT
Dans son numéro double de l’été, la revue Le Matricule des anges publie un éditorial d’Eric Dussert qui permet de (mieux) comprendre ce qui se joue depuis un certain temps dans le monde de l’édition et de la librairie. 
  
 
×
4 août 2021 à 20 h 30, Pirou
EDUARDO BERTI INVITÉ DE PIROUÉSIE
Dans le cadre de Pirouésie, festival de poésie qui se tient à Pirou (50) du 1er au 7 août et a décidé de célébrer 60 années d’activité de l’Oulipo avec une semaine d’ateliers, d’expositions, de lectures et de spectacles, une lecture Oulipo a lieu dans la salle Claude Massu qui réunira  : Paul Fournel, Eduardo Berti, Jacques Jouet, Olivier Salon, Daniel Levin Becker, Étienne Lécroart et d’autres surprises en direct sur grand écran… dit le programme.
×
4 juillet 2021 de 14 h à 19 h, Levallois
DENITZA BANTCHEVA INVITÉE DU Xe SALON DU ROMAN HISTORIQUE DE LEVALLOIS
A l’occasion de la parution de Visions d’elle, Denitza Bantcheva y sera en dédicace sur le stand de la librairie Decitre. Pour y aller : Parc de la Planchette, 105 rue du Président Wilson à Levallois > En métro : ligne 3, arrêt Anatole-France. Le programme complet du salon, qui a lieu les 3 & 4 juillet cette année, est sur ce site.
×
17 juin 2021 de 15 h à 19 h, Clermont-Ferrand
DENITZA BANTCHEVA INVITÉE DE LA LIBRAIRIE LES VOLCANS
A l’occasion de la parution de Visions d’elle, Denitza Bantcheva y fut en dédicace, l’occasion surtout pour elle d’évoquer la genèse et l’écriture de son livre avec les Clermontoises et les Clermontois, et même les lectrices et les lecteurs des environs. Ici en compagnie du poète François Graveline.
×
16 juin 2021 de 16 h à 18 h, Chamalières
DENITZA BANTCHEVA INVITÉE DE LA LIBRAIRIE LES RACONTEURS D’HISTOIRES 
A l’occasion de la parution de Visions d’elle, Denitza Bantcheva y fut en dédicace, l’occasion surtout pour elle d’évoquer la genèse et l’écriture de son livre avec les Chamaliéroises et les Chamaliérois, et même les lectrices et les lecteurs des environs.
×
10 juin 2021 à 18 h 30, Montricher, Suisse
SUSANA MOREIRA MARQUES & ELISABETH MONTEIRO RODRIGUES INVITÉES DE LA FONDATION MICHALSKI
Les jeudis en résidence à la Fondation Jan Michalski Chaque premier jeudi du mois, de 18h30 à 19h30, un écrivain en résidence ouvre une fenêtre sur son travail, ses univers et ses motifs, selon une forme libre d’intervention. Le premier livre de l’écrivaine en résidence Susana Moreira Marques, Maintenant et à l’heure de notre mort (Editions Do, 2019), est une médiation sur la fin de la vie. Mélangeant écriture de voyage, aphorisme et mémoire orale, il peut aussi se voir comme un reportage philosophique. L’auteure et sa traductrice, Elisabeth Monteiro Rodrigues, discuteront du processus créateur de ce livre et de la relation entre auteur.e et traducteur.trice, puis liront des extraits en français et en portugais. Informations & inscriptions sur le site de la fondation Michalski
×
5 juin 2021, 13 h 30, Montricher, Suisse
SUSANA MOREIRA-MARQUES INVITÉE DU FESTIVAL BIBLIOTOPIA
La quatrième édition du festival Bibliotopia, week-end des littératures autour du monde, de la Fondation Jan Michalski a lieu en ligne du 4 au 6 juin. Les invités : Franck Bouysse * Jorge Comensal * Sacha Filipenko * Thomas Flahaut * Amin Maalouf * Nastassja Martin * Susana Moreira Marques * Andrés Neuman * Maxime Ossipov * Frédéric Pajak * Adania Shibli * Karine Silla * Beata Umubyeyi Mairesse. 
Quand la vie bascule est le thème de la rencontre croisée entre Susana Moreira Marques et Jorge Comensal, samedi 5 juin, à 15 h 30, modérée par Daniel Medin, professeur de littérature comparée et éditeur. En anglais traduit simultanément en français.
×
4 – 19 juin 2021, Nouvelle-Aquitaine
PÉPITES EN STOCK 2021
Pépites en stock est une proposition de l’association des libraires indépendantes en Nouvelle-Aquitaine (LINA) qui a pour ambition de faire (re)découvrir des éditeurs de Nouvelle-Aquitaine, eux aussi désormais réunis, depuis septembre 2019, en association (AENA).
Là, par exemple, sur la photo et un présentoir, on peut voir à l’intérieur de la librairie Georges, sise à Talence (33), les éditions do en la belle compagnie des éditions du Castor Astral.
Là, par exemple, sur la photo et une table, on peut voir à l’extérieur de la librairie Georges, toujours sise à Talence (33), les éditions do avec Demain s’annonce plus calme, d’Eduardo Berti, en la belle compagnie des éditions de L’Arbre vengeur avec Les Tortues, de Loys Masson.
Tous ces éditeurs sont membres de l’AENA et la librairie Georges est membre de LINA. CECI explique CELA.
×
Juin 2021, Prix Hors Concours 2021
CHASSER LES OMBRES, DE LAMIA BERRADA-BERCA, DANS LA SÉLECTION 2021
Depuis 2016, l’Académie Hors Concours valorise les auteurs et les textes de l’édition indépendante. Une sélection de 40 titres, issus de 40 maisons d’édition, qui essaie de respecter un équilibre entre les régions, d’inclure de nouvelles maisons et de nouveaux auteurs. Un choix donc fait sur la qualité des textes, mais aussi sur l’équilibre de la sélection proposée. En octobre 2021, annonce des finalistes, et en novembre 2021, cérémonie de remise des prix. En 2020, le prix avait récompensé Claire Duvivier, pour Un long voyage, paru aux éditions Forges de Vulcain. Voir toute la sélection
×
26 au 31 mai 2021, Paris & Île de France
LAURA BRIGNON & HÉLÈNE MELO INVITÉES DE LA 6E EDITION DU PRINTEMPS DE LA TRADUCTION
Cela ne se voit pas encore sur ce site, parce que les titres ne sont pas encore annoncés et qu’on ne dévoile pas tout non plus, mais les éditions do ont le plaisir et l’honneur de compter à leur catalogue Laura Brignon, traductrice de l’italien, et Hélène Melo, traductrice du portugais, qui participent à cette édition organisée par ATLAS, l’association pour la promotion de la traduction littéraire, et dont le programme est à découvrir sur leur site. Petit indice : Hélène Mélo lira, en français et en portugais, le samedi 29 mai, à l’Institut du monde arabe, dans le cadre de l’événement Levées d’encre, un extrait du texte qui sera publié en septembre 2021 par les éditions do. 
    
×
25 mai 2021, Tanger, Maroc
LAMIA BERRADA-BERCA INVITÉE DE LA LIBRAIRIE LES INSOLITES
À l’invitation de Stéphanie Gaou, de la librairie Les Insolites, une rencontre avec Lamia Berrada-Berca à l’occasion de la parution de Chasser les ombresD’autres informations (comme l’heure de la rencontre) sur cette page dès que possible.
RENCONTRE REPORTÉE A L’AUTOMNE
×
25 mai 2021, Zoom
 DO RENCONTRE L’ÉCOLE DE LA LIBRAIRIE / INFL – PREMIÈRE ANNÉ
A l’invitation de Sophie Queteville, enseignante à l’école de la librairie, une rencontre des éditions do avec les étudiants de première année
×
20 mai 2021, parution
EDUARDO BERTI, DEMAIN S’ANNONCE PLUS CALME
×
6 mai 2021, Poitiers
 DO RENCONTRE MASTER LIMÈS
A l’invitation de Mathilde Rimaud, enseignante et consultante (axiales) et en partenariat avec ALCA Nouvelle-Aquitaine, une rencontre des éditions do avec les étudiants du master métiers du livre & médiation de l’université de Poitiers.
 
×
15 avril 2021, parution
JOSÉ CARLOS LLOP, LE ROMAN DU SIÈCLE
×
11 mars 2021, parution
DENITZA BANTCHEVA, VISIONS D’ELLE
×
23 février 2021, parution
SABRINA ORAH MARK, LAIT SAUVAGE
×
20 & 21 février 2021, Libération
SABRINA ORAH MARK, LAIT SAUVAGE & HISTOIRES DO
×
21 janvier 2021, parution
LAMIA BERRADA-BERCA, CHASSER LES OMBRES
×
20 octobre 2020, parution en librairie
NOELLE Q. DE JESUS, PASSEPORT
×
24 septembre 2020, parution
NAJA MARIE AIDT, SI LA MORT T’A PRIS QUELQUE CHOSE RENDS-LE. LE LIVRE DE CARL
×
25 août 2020, parution
NOGA ALBALACH, LE VIEIL HOMME. DES ADIEUX 
 
×
18 juin 2020, parution
RICARDO MENÉNDEZ SALMÓN, LA NUIT FÉROCE
×
Juin 2020, fête de la librairie
UN LIVRE, UNE ROSE (& DES MARQUE-PAGES, UN CADEAU DO)
_
×
11 mai 2020, réouverture des librairies 
CE QUI DÉPEND DE NOUS
Lecteur·trices, après la levée du confinement, revenez en librairie et laissez les libraires vous faire entendre le choix de la différence, de la création, de l’audace, l’exigence d’un travail de qualité avec les auteurs, la détermination à faire vivre longtemps les livres et à développer des lignes éditoriales lisibles et cohérentes. Lecteur·trices, au moment de votre choix, ne sous-estimez pas la portée de votre engagement. À nos ami·es libraires, nous disons que nos sorts sont liés et qu’une certaine idée de l’essentiel en dépend. 
Extrait d’une tribune née à l’initiative de Valérie Cussaguet (Les Fourmis Rouges), Laurence Faron (Talents hauts), Loïc Jacob et Chun-Liang Yeh (Hongfei), Christine Morault (MeMo) et Jean Poderos (Editions Courtes et Longues). 
Do et d’autres sont à l’honneur dans les librairies Myriagone (Angers), de Paris (St-Étienne), L’Impromptu (Paris), Nordest (Paris)…
 
En effet, les librairies vont rouvrir, mais dans quel état ? Et toutes le pourront-elles ? Le Syndicat de la Librairie française (SLF) appelle à la « création d’un fonds d’intervention consolidant les moyens d’intervention de l’État (Centre national du Livre, ministère de la Culture notamment), des régions et de partenaires privés […] destiné à couvrir la perte d’exploitation des librairies ».
Nous sommes en crise, c’est le moment de proposer et d’agir
Nous soutenons pleinement cet appel et demandons à élargir ce fonds de soutien, tant aux maisons d’édition indépendantes qu’aux travailleurs·euses indépendant·es qui œuvrent à l’existence du secteur elles et eux aussi.
Or, qui porte notre voix à l’échelle nationale ? À l’heure actuelle, personne, dans la mesure où le Syndicat national de l’Édition ne nous semble pas représentatif de maisons comme les nôtres, dont l’économie tient davantage de l’artisanat ou de la petite entreprise que de l’industrie. Pourtant, régionalement ou thématiquement, certain·es d’entre nous sont déjà organisé·es, (les questionnements ne sont pas neufs, leur acuité est accrue par le contexte). Nous travaillerons donc avec elles et eux pour créer dans les mois à venir une organisation professionnelle, sous la forme par exemple d’un syndicat, destinée à nous représenter toutes et tous et à nous permettre de nous fédérer afin de pouvoir avoir une place à la table des négociations interprofessionnelles. Car la France est un pays qui a la chance d’avoir une politiqueculturelle forte, dont l’un des piliers est de garantir l’accès à la lecture au plus grand nombre. Les aides de l’État, mais aussi celles de l’Europe, seront déterminantes dans les semaines qui vont suivre. Au nom de nos spécificités, il est important que nous participions à l’élaboration de ces politiques.
À l’aune de ces réflexions, nous appelons par ailleurs de nos vœux la mise en place d’États généraux francophones de l’Édition indépendante. Ceux-ci pourraient s’appuyersur une collecte préalable de propositions de points à aborder ou d’actions à mener, ouverte à l’ensemble des acteurs·trices de la chaîne du livreévoqué·es en préambule, afin de définir et d’analyser en commun les « dysfonctionnements » pointés par Xavier Moni, mais aussi de révéler des solutions ou des expérimentations proposées à travers l’espace francophone.
À nous de porter notre voix, de devenir force de propositions, et de penser à de nouvelles modalités culturelles et économiques. L’avenir ne pourra s’envisager qu’à travers un dialogue ouvert entre toutes celles et tous ceux qui constituent le monde du livre.
×
Il va falloir (se) reconstruire (II)
LES SEULES QUESTIONS QUI VALENT
« Aujourd’hui, beaucoup de distributeurs et d’éditeurs s’engagent à limiter cette course absurde au tirage : rentrée littéraire, prix littéraires, seconde rentrée littéraire… Je crois que ces promesses sont comme des aveux extorqués sous la menace. Déjà, en prévision de la reprise, les représentants nous demandent de noter des quantités… Ils comptent sur leurs locomotives pour se refaire avant l’été. L’édition est une économie obèse de la dépense, du pilon et de la loterie littéraire. Pour moi, les seules questions qui valent sont : comment faire davantage connaître les éditions Chandeigne, Le Corridor bleu, les éditions de l’Ogre, les éditions Pierre Mainard, les éditions Tusitala, le Sot-l’y-laisse et tant d’autres ? »
Julien Viteau, librairie Vendredi, Paris
×
Il va falloir (se) reconstruire
ENSEMBLE
Partout fleurissent des journaux, des lettres, des tribunes, des témoignages, des propositions, des volontés d’associations…
Partout fleurissent des images de livres, des listes de livres lus, de livres à lire et des partages de lectures.
Partout tout le monde dit son manque de livres.
Partout tout le monde dit son manque de librairies.
Partout les éditeurs indépendants disent leur fragilité et les difficultés qui s’annoncent.
Pour essayer de se faire entendre, ils essaient de parler d’une seule voix, même si ce n’est pas facile de parler d’une seule voix, surtout quand on est indépendant.
Partout les éditeurs indépendants disent combien il est important qu’ils existent et ce qui les distinguent.
Les éditeurs indépendants ne vendent pas forcément beaucoup de livres dans les librairies indépendantes mais pour qu’ils continuent d’exister et de se distinguer, chaque livre est important.
Les éditeurs indépendants savent qu’ils ont besoin qu’existent des librairies indépendantes pour que se distinguent et continuent d’exister leurs maisons d’édition.
Partout les librairies indépendantes disent leur fragilité et les difficultés qui s’annoncent.
Pour essayer de se faire entendre, elles essaient de parler d’une seule voix, même si ce n’est pas facile de parler d’une seule voix, surtout quand on est indépendant.
Partout les librairies indépendantes disent combien il est important qu’elles existent et ce qui les distinguent.
Les librairies indépendantes ne vendent pas forcément beaucoup de livres des éditeurs indépendants mais pour qu’elles continuent d’exister et de se distinguer, chaque livre est important.
Les librairies indépendantes savent qu’elles ont besoin qu’existent des éditeurs indépendants pour que se distinguent leurs librairies.
Si demain il n’y a plus d’éditeurs indépendants, comment se distingueront les librairies indépendantes ?
Si demain il n’y a plus de librairies indépendantes, comment se distingueront les éditeurs indépendants ?
Pour continuer d’exister et de se distinguer, il est important que les librairies indépendantes et les éditeurs indépendants essaient de se faire entendre et de parler d’une seule voix, même si… et surtout quand…
Il va falloir (se) reconstruire.
Ensemble.
(Messe pour le temps présent. Et pour celui à venir.)
éditions do
 
×
12 mars 2020, parution en librairie dans la collection Folio
OTA PAVEL, COMMENT J’AI RENCONTRÉ LES POISSONS
×
11 mars 2020, parution
MARCI VOGEL, LA MORT ET AUTRES JOURS DE FÊTES
×

14 février 2020 à 18 h 30, MÉCA, Bordeaux

LE JOUR OÙ STEFAN SULZER…
À l’occasion de la parution de Le jour où ma mère toucha Robert Ryman aux éditions do, rencontre exceptionnelle avec l’artiste suisse Stefan Sulzer, animée par Barbara Bourchenin, professeure agrégée d’arts plastiques à l’université Bordeaux Montaigne.
Organisée avec la participation de l’ALCA (agence livre, cinéma et audiovisuel) et du FRAC Nouvelle-Aquitaine, deux agences de la région désormais installées à la MÉCA
×
11 février 2020, parution
STEFAN SULZER, LE JOUR OÙ MA MÈRE TOUCHA ROBERT RYMAN
×
14 janvier 2020, parution 
ELENA GIANINI BELOTTI, AVANT LE REPOS